Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Comment est née la Brabançonne ?

brabançonne,aigle d'or,bruxelles,louis-alexandre dechet,jenneval,guillaume de nassau,campagne des dix jours,françois van campenhout,charles rogierSource:eigener Scan von Lithographie. Auteur: Philip Schäfer

Alors que la révolution belge bat son plein, un soir de septembre 1830, des soldats se réunissent au café de l'Aigle d'Or, rue de la Fourche, à Bruxelles. Parmi eux, Hippolyte Louis-Alexandre Dechet, acteur français au théâtre de la Monnaie, mieux connu sous le nom de Jenneval. Le jeune homme va se mettre à réciter des vers qu'il a composés ; c'est la première version de la Brabançonne, notre hymne national, originellement appelé La Bruxelloise.

Jenneval sera tué au combat un mois plus tard, près de Lierre, la tête arrachée par un boulet hollandais. Il aura néanmoins eu le temps d'écrire trois versions de son chant. Alors que la première mouture rendait hommage au roi des Pays-Bas, les deux versions suivantes contenaient des attaques virulentes contre ce même Guillaume de Nassau, prince d'Orange. Ce revirement faisait suite à la campagne des Dix-Jours, au cours de laquelle l'autorité néerlandaise tenta de mettre fin à l'indépendance belge...

Il ne faut pas attendre longtemps pour que ce texte soit mis en musique. Un peu plus tard, en ce même mois de septembre 1830, François Van Campenhout, chanteur d'opéra et chef d'orchestre bruxellois, s'attèle à cette tâche. La Brabançonne sera jouée pour la première fois en tant qu'hymne national un mois plus tard.

En 1860, le Premier ministre de l'époque, Charles Rogier, estime qu'il est nécessaire d'adoucir quelque peu les vers de Jenneval et de supprimer les références au prince d'Orange. Des passages tels que "Du sceptre honteux des Bataves / Tes balles sauront t'affranchir" n'ont plus leur place dans la nouvelle version. Rogier transforme le texte afin de lui donner un caractère fédérateur et de favoriser la réconciliation. La musique sera elle aussi modifiée pour coller aux nouvelles paroles de Rogier. C'est cette version qui est encore utilisée de nos jours.

En 1921, une circulaire du ministère de l'Intérieur décrète que seule la quatrième et dernière strophe de la Brabançonne fait office d'hymne national officiel. Par ailleurs, ce n'est qu'en 1938 qu'une version officielle en néerlandais sera instituée.

François Paquay

Les commentaires sont fermés.