Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

La perruque dans l'Histoire, une mode qui décoiffe

pict_468835.gifL'influence la plus marquante se fait réellement sentir au 17e siècle, lorsque Louis XIII complète sa chevelure par des postiches afin de cacher sa calvitie.

Un mystère vieux de plusieurs siècles vient enfin d'être élucidé. Sur un tableau datant du 18e, figure un jeune homme au teint pâle et aux longs cheveux gris bouclés, dont l'identité a longuement interpellé les experts. Mais, vendredi dernier, des chercheurs du Mozarteum de Salzbourg ont annoncé qu'ils avaient identifié le modèle peint sur la toile. Il s'agit ni plus ni moins de Wolfgang Amadeus Mozart.

Mais comment les traits du compositeur autrichien ont-ils mis tant de temps à être analysés ? Les scientifiques expliquent que sur les 14 portraits connus du génie, celui-ci est l'un des seuls où Mozart a le regard tourné vers le peintre mais aussi, et surtout, où il ne porte pas sa traditionnelle perruque recouverte de poudre blanche.

                                                 Crédit photo: AP Photo/Stiftung Mozarteum

L'occasion est belle pour que la rédaction de AskLaLibre se penche sur l'origine et les raisons du port des perruques.

Cette origine remonte à des milliers d'années. La civilisation la plus ancienne connue à ce jour pour son port de la perruque est l'Egypte antique. A l'époque, pour des questions d'hygiène et de propreté, les habitants se rasaient entièrement le corps. Ils se servaient donc de perruques, bien souvent composées de plantes tressées ou de crins, pour protéger leur crâne. Par après, les Assyriens, Phéniciens, Grecs, mais aussi Romains ont également arboré ce type de chevelure postiche.

En Occident, bien que les cheveux artificiels aient existé au Moyen Age, sous formes de nattes ajoutées par exemple, la perruque est tombée en désuétude, durant près de mille ans, lors de la chute de l'Empire romain. Il aura fallu attendre le 16e siècle pour que cet accessoire trouve un nouveau souffle. Et cette réapparition est essentiellement due à l'attention portée aux problèmes d'hygiène et au retour de l'importance du paraitre. Dans une société où l'apparence prime à nouveau, les problèmes de calvitie et, surtout, les infections capillaires doivent être cachés. Des perruques complètes font alors leur apparition. A la fin du 16e siècle, Élisabeth Ire d’Angleterre répand la mode au sein de la cour anglaise, en arborant la perruque rousse qui la caractérise encore aujourd'hui.

                                          Élisabeth Ire et Louis XIII. Crédit photos: Wikipédia

Mais l'influence la plus marquante se fait réellement sentir au 17e siècle, vers 1630, lorsque Louis XIII complète sa chevelure par des postiches afin de conserver une allure naturelle tout en masquant sa calvitie. Par imitation, les membres masculins de la cour du Roi se mettent également à porter l'accessoire. Progressivement, la mode des perruques complètes, qui figurent le rang social, se répand partout en Europe. Ces coiffes, composées le plus souvent de véritables cheveux humains, deviennent alors de plus en plus imposantes et compliquées, allant jusqu'à couvrir les épaules et le dos. Pour leur travail minutieux, les perruquiers voient d'ailleurs leur prestige croitre. Certains historiens affirment qu'en 1680, Louis XIV disposait d'une quarantaine de perruquiers qui dessinaient ses coiffes dans la cour de Versailles.

                                            Louis XIV et Louis XV. Crédit photos: Wikipédia

Puis, au 18e siècle, les perruques masculines diminuent en forme vers la "coiffure en bourse" et le catogan. C'est le moment où elles sont portées comme élément d'uniforme dans différentes professions, comme les arborent encore parfois les juges et avocats dans de nombreux pays du Commonwealth. Le siècle des Lumières voit également l'apparition de la pratique du poudrage des perruques, largement appuyée par Louis XV. Afin de leur rendre un effet soit blanc clinquant soit grisâtre, de la poudre de riz ou d’amidon est utilisée lors de la toilette.

Mais la Révolution française (1789) écorche radicalement le prestige de la perruque, qui apparait comme un signe de sympathie à l'égard des aristocrates. La mode passe alors à la sobriété. Ensuite, sous l'Empire (à partir de 1804), les hommes ne portent plus l'accessoire et les femmes rarement.

Il faut ensuite attendre 150 ans et l'arrivée des années 1960 pour voir à nouveau surgir les perruques comme accessoires de mode, destinés quasi uniquement à un public féminin cette fois.

Jonas Legge

Les commentaires sont fermés.