Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Pourquoi dévore-t-on tout le paquet de chips?

pict_486454.jpgOuvrez un paquet de chips et vous êtes perdus! C'est en tout cas le cauchemar de nombreuses personnes. Rares sont celles qui ne grignotent que quelques-uns de ces petits snacks gourmands avant de refermer soigneusement l'emballage. On avale une chips, puis une autre et tout y passe, sans même s'en rendre compte. Mais pourquoi ne peut-on pas résister?

Cette question, des chercheurs du Centre Emil Fisher de l’université Friedrich-Alexander d’Erlangen-Nuremberg en Allemagne se la sont posée. Ils parlent d'hyperphagie hédoniste, c'est-à-dire de grignotage excessif par plaisir et non par faim. Ce trouble touche des centaines de millions de personnes dans le monde. Mais le scientifique Tobias Hoch ne s'est pas tourné vers des humains pour réaliser ses expériences, il a testé des rats, accros également aux chips.

Jusqu'à présent, les études se basaient sur le fait que les graisses et les glucides adressaient un message agréable au cerveau, d'où notre surconsommation. Seulement lorsque Tobias Hoch a proposé à un autre groupe de rats un mélange de matières grasses équivalent à celles contenues dans les chips, il a remarqué que les zones concernées dans le cerveau ne s'activaient pas autant. L'énigme n'est toujours pas résolue: pourquoi les rats se montrent-ils plus enthousiastes lorsqu'ils ingurgitent des chips de pomme de terre? Le snack adoré de beaucoup contient-il un ingrédient mystérieux?

Pour tenter de répondre à cette hypothèse, les chercheurs ont soumis les rats à un examen par imagerie par résonance magnétique. Ils ont constaté que lorsque les petits animaux ont consommé des chips, ce sont les systèmes de récompense et d'addiction qui présentent une forte énergie cérébrale. D'autres zones comme celles qui gèrent le sommeil, l'activité et le mouvement sont également stimulées. La nourriture traditionnelle des rats ainsi que le mélange graisses-glucides ne provoquent pas de telles réactions. Les petits snacks salés aux pommes de terre agissent donc bel et bien sur la zone associée au plaisir.

C'est le déclencheur moléculaire qui stimule le centre de récompense dans le cerveau. Selon Tobias Hoch, il serait donc important de l'identifier pour ensuite développer des médicaments ou des nutriments qui empêcheraient l'attractivité de certains produits de grignotage. Les recherches se poursuivent. En attendant, seule la volonté suffira pour éviter de vider l'entièreté d'un paquet de chips. Courage!

S.C

Les commentaires sont fermés.