Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Combien pèse un nuage ?

nuage, science, climat, poids

Photo: Reporters

Depuis toujours, les nuages fascinent les hommes. Leur apparence duvetée et immaculée inspire le bien-être et la légèreté. L'expression « être sur un petit nuage » en est d'ailleurs le meilleur témoin. Mais saviez-vous que les nuages ne sont en définitive pas si petits et pas si légers? C'est même tout le contraire, leur poids moyen se compte en tonnes !

Pour comprendre l'origine de cette masse, revenons sur les étapes de formation d'un nuage.

Lors de la condensation, la vapeur d'eau contenue dans l'air entre dans l'atmosphère et se refroidit pour former des gouttelettes et des cristaux de glace. Ce sont ces deux éléments qui définissent le poids d'un nuage.

Plus le nuage est étendu, plus il contient des particules d'eau et de glace. Ces gigantesques masses d'eau sont maintenues en équilibre grâce à la force électrique qui impose une distance entre chaque molécule d'eau. C'est cette distance qui donne au nuage cette apparence cotonneuse.

Mais, avec une densité d'eau d'environ 0,5g/m³, un nuage de 1000km³ pèse jusqu'à 500 000 tonnes. Le nuage d'orage reconnaissable à sa couleur grise, lui, est beaucoup plus lourd étant donné qu'il est composé d'un énorme volume d'eau prêt à se déverser.

Toutefois, Marc Vandiepenbeeck, climatologue à l'institut royal météorologique (IRM) tient à nuancer ce constat : « Les nuages peuvent mesurer de quelques centaines de mètres à plusieurs kilomètres. Leur poids dépend de leur volume mais également de leur teneur en particules d'eau et en cristaux de glace. Il y a donc en effet des nuages très lourds mais d'autres sont assez légers. Chaque nuage est différent, il est difficile de calculer leur poids de manière précise. La seule certitude est que le cumulonimbus, ou nuage d'orage, est bien le plus lourd de tous ».

Et pourtant ils flottent...

Les plus gros nuages ne risquent malgré tout pas de s'écraser sur le sol puisque l'air présent autour d'eux a une masse volumique plus élevée que la leur (1,007 kg/m³ contre 1,003 kg/m³). C'est de cette manière que l'air ambiant peut « soutenir » ces mastodontes.

Marc Vandiepenbeeck ajoute que « la force ascendante permet également de faire flotter les nuages étant donné qu'elle pousse les gouttelettes vers le haut ». Ces courants verticaux font monter les nuages à des hauteurs variables. Certains nuages bas sont proches du sol et forment le brouillard tandis que les cirrus atteignent la troposphère et une altitude supérieure à 5000m.

Mais, peu importe leur altitude, lorsque les gouttelettes deviennent trop lourdes pour continuer à flotter dans l'air, elles sont évacuées. Ce phénomène régulateur est simplement appelé... la pluie.

JESSICA FLAMENT (ST.) 

Les commentaires sont fermés.