Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Le Bitcoin: Comment s'en procurer? Intéressant?

52aee84e35701baedaa20009.jpg

Dans le monde de la finance, le bitcoin attire autant qu'il inquiète. Pour les uns, c'est un moyen de paiement alternatif plein d'avenir, pour les autres, c'est aussi une monnaie volatile dont il faut se méfier. Mi-décembre, l'autorité bancaire européenne a d'ailleurs mis en garde contre l'utilisation du bitcoin, parfois surnommé "la monnaie des geeks", qui peut rapidement vider le portefeuille des investisseurs (lien).

Au départ, le bitcoin a tout pour plaire, même si son origine reste floue. Apparu en 2009, il aurait été inventé par un informaticien japonais qui souhaitait créer une monnaie hors de tout contrôle d'une banque centrale ou d'une institution financière. Comme n'importe quelle autre monnaie existante, le bitcoin peut être converti en monnaie "réelle" (entendez: dans une devise déjà existante telle que le dollar ou l'euro) et, bien sûr, il permet de faire des achats en ligne.

Mais cette monnaie est uniquement virtuelle. Elle n'existe pas sous forme de billets ou de pièces. Pour simplifier, chaque bitcoin est "un chiffre sur un ordinateur", nous apprend Lionel Dricot, un blogueur belge, dans son article "Bitcoin pour les nuls" (lien). "Grâce à un algorithme mathématique complexe", poursuit-il, "il est possible de le rendre inmultipliable sans recourir à une autorité centrale. Toute personne qui envoie un bitcoin le perd donc, comme pour n’importe quelle monnaie."

Autre particularité: il n'existe pas un nombre infini de bitcoins. Au contraire, impossible d'en produire plus de 21 millions. Un nombre qui correspond aux 21 millions de solutions générées par l'algorithme évoqué dans le paragraphe précédent (vous suivez toujours?). À l'heure actuelle, il y a environ 11 millions de bitcoins en circulation. Chacun d'eux est unique, mais il est divisible en plusieurs fractions. Un peu comme un euro est divisible en centimes. Dès lors, aucun risque de limiter les échanges.

En l'absence de planche à billets, qui produit les bitcoins? Des ordinateurs bien sûr! Si, au départ, leur travail était facile, la création de nouveau bitcoin est chaque jour plus complexe. Pour "miner" (comme on partirait à la recherche d'un minerai) du bitcoin, cela demande des "fermes" d'ordinateurs dotés d'une puissance de calcul toujours plus colossale. Ces ordinateurs n'ont qu'un but: calculer en permanence pour "trouver" de nouveaux bitcoins. Cela représente une énorme demande en électricité. Ce qui fait dire à un analyste financier contacté par LaLibre.be que "le seul moyen de gagner à coup sûr de l'argent avec le bitcoin... c'est sans doute de vendre des ordinateurs capables de fabriquer des bitcoins!"

À en croire un article de Business Insider, c'est vrai (lien). Un constructeur de matériel informatique a ainsi mis en vente pour 8 millions de dollars (soit 5,9 millions d'euros) des ordinateurs spécialisés dans ces calculs, à 10 000 dollars (7 300 euros) l'unité. Avec un tel équipement, il serait possible de produire 2 bitcoins par jour...

Pourquoi payer en bitcoins?

Dans le fond, quel est l'intérêt de cette monnaie virtuelle par rapport à celles déjà existantes? Dans une interview à France 3 Île-de-France (lien), Garrick Hileman, économiste de la London School of Economic y voit deux avantages: des échanges moins chers... et plus rapides! Hileman explique que “le système financier actuel est très cher. Visa et Mastercard facturent trois euros sur chaque transaction. Trois euros, cela peut paraître une petite somme, mais c’est beaucoup notamment pour les petits commerces comme les épiceries ou les personnes qui travaillent dans l’agriculture”.

Quant à la rapidité, l'économiste ajoute qu'il s’agit d’une monnaie décentralisée, "qui n’existe que dans des réseaux d’ordinateurs dans le monde entier". “On peut donc faire des transferts d’argent à l’international très facilement", détaille Hileman. "Avec une monnaie traditionnelle, envoyer de l’argent en Afrique peut prendre plusieurs jours, et nécessitera de passer par deux, voire trois banques. Avec les bitcoins, la transaction se fait en un battement de cils. C’est plus rapide, vous n’avez pas de monnaies étrangères, et vous n’avez pas de frais de change ni de frais de transfert bancaire.”

"Génial", pensez-vous! "Si cette monnaie n'a que des avantages, comment puis-je participer au système?" Pour avoir de la monnaie, mieux vaut d'abord avoir un portefeuille. Monnaie virtuelle oblige, tout se passe en ligne. Vous aurez le choix entre un portefeuille sur mobile, sur un ordinateur équipé d'un logiciel adéquat ou en passant par un site web qui vous sert de "banque" (voir les différentes solutions ici).

Muni de votre "portefeuille", direction un site spécialisé dans l'échange de monnaie réelle en monnaie virtuelle. Le dollar étant la monnaie de référence, il faudra d'abord convertir vos euros en dollars (c'est possible sur Bitstamp (lien) ou "trader" directement des dollars en bitcoins (direction alors MtGox (lien), qui est jugé moins sûr que le précédent). Il n'existe en principe pas de pièces ou de billets physiques de bitcoin. Même si, dans l'Utah, un homme a produit des pièces de monnaie réelles (cf. l'illustration de cet article) qui correspondent à une unité de la monnaie virtuelle (lien).

Ensuite, il ne vous reste plus qu'à utiliser votre monnaie! Soit pour

- Faire des achats dans des boutiques virtuelles qui proposent ce type de paiement;

- Payer dans des magasins réels, comme c'est le cas par exemple à Montréal depuis peu (lien);

- Transférer de l'argent à travers le monde;

- Spéculer en jouant avec les taux de changes (on y reviendra).

Rapide, plus ou moins anonyme... le bitcoin a aussitôt séduit les trafiquants en tous genres. Cette monnaie servirait notamment à l'achat de drogue sur le "darknet", cet internet occulte qui fascine les médias ces derniers temps (voir ce numéro de l'émission "Envoyé Spécial" sur France 2, lien)

Quels sont les risques?

Étant donné que tout est virtuel, impossible de conserver précieusement des bitcoins sonnants et trébuchants dans un coffre-fort, avant de s'y baigner à la manière de l'oncle Picsou. D'où cette question: comment être sûr qu'un bitcoin, ou une fraction de celui-ci, est dépensé une seule fois et que celui qui est à l'origine de la transaction n'en garde pas une copie? "La solution est conceptuellement simple", note Lionel Dricot. "Le logiciel qui permet d’envoyer et de recevoir des bitcoins télécharge, en peer-to-peer, l’historique de tous les propriétaires successifs." Chaque bitcoin reste donc bien unique en permanence.

Mais cet historique peut vite représenter une quantité énorme de données qui se compte en plusieurs Giga octets. "Je possède quelque chose comme 0.000001 bitcoin. Au début, des sites te donnaient 1 millibitcoin si tu cliquais sur 2-3 pubs. Aujourd'hui, l'historique des transactions occupe déjà 16 Go sur mon ordinateur!", nous explique un utilisateur du système.

 

 

Il n'empêche, on peut tout simplement "perdre" son argent, comme on oublierait des sous derrière les coussins du canapé. C'est arrivé à un Britannique qui a égaré un disque dur contenant 7.500 bitcoins (lien). Au cours actuel de la monnaie, il a perdu l'équivalent de 5,5 millions d'euros! Quant au risque de se faire "cambrioler", il est tout aussi réel. Votre portefeuille, qu'il soit conservé sur votre disque dur ou par un site internet spécialisé dans ce service, n'est pas à l'abri d'un piratage informatique.

Si vous êtes victime d'un "hold-up" virtuel, ne comptez donc pas sur une banque ou un quelconque État pour vous rembourser votre mise...

Le taux de change, qui est d'environ 800 dollars pour un bitcoin, vous attire? Prenez garde! La spéculation sur le bitcoin est un jeu très dangereux. Car la monnaie est très volatile. Vu son faible nombre d'utilisateurs, il suffit que l'un d'eux revende une grosse part de son butin pour faire bouger le cours sensiblement. Pour s'en convaincre, regardez la courbe de 2013 ci-dessous. L'évolution a été phénoménale ces derniers mois pour atteindre les 1200 dollars par bitcoin. Si on a atteint des sommets, personne n'est à l'abri d'une chute brutale.

(Capture d'écran Mashable.com)

La monnaie a donc bien servi ceux qui s'y sont intéressés à ses débuts. Tel cet étudiant norvégien qui s'est acheté un appartement avec des bitcoins oubliés pendant 4 ans (lien).

Il faudra donc observer l'évolution du système, qui n'est pas à l'abri d'une bulle spéculative, avec prudence. Ce qui fait dire à Shakil Khan, "Head of Special Projects" chez Spotify: "Ma plus grande crainte, c'est que les gens se lancent sur le bitcoin sans rien y comprendre, car ils pensent que c'est le meilleur moyen de gagner plein d'argent. C'est faux. Vous risquez de tout perdre" (lien).

Vous voilà prévenus...

A.W.  

Les commentaires sont fermés.