Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Comment détecter un Madoff ?

5319a37b3570f1ef1aab0797.jpg

Des investisseurs ont, sur les conseils de l’escroc belge Stéphane Bleus, perdu des sommes importantes placées dans des produits apparemment rentables. On parle d’un montant de 100 millions d’euros. Cette récente déconvenue remet une nouvelle fois en lumière les agissements peu scrupuleux de certains intermédiaires financiers. Malgré la retentissante affaire Madoff, il semble donc que de telles personnes abusent encore de la bonne foi et de la crédulité de certains investisseurs. Or, il y a moyen de détecter ces affaires peu honnêtes, ces arnaques à la confiance de rentiers avides de rendement.

Quels sont les points auxquels il convient d’être attentifs ? Petits conseils.

Le rendement de l’investissement proposé est le premier aspect qui doit attirer l’attention. Dans un environnement de taux d’intérêt bas comme nous le connaissons aujourd’hui, des rendements de 10, 15 voire 25% éveillent déjà des soupçons. Nous ne le rappellerons jamais assez, un rendement élevé rémunère un risqué élevé. Trop souvent, les investisseurs se laissent éblouir par l’unique perspective de performance sans réaliser le risque qu’ils courent.

La qualité de l’intermédiaire est également un aspect primordial à vérifier. Rappelons que la FSMA publie sur son site les noms de tous les intermédiaires agréés pour commercialiser des produits financiers en Belgique. Ce gendarme des marchés publie également des alertes sous forme d’avis et de communiqués pour mettre en garde les investisseurs contre les agissements de certaines sociétés qui font appel illégalement à l’épargne sur notre territoire. Un passage sur le site www.fsma.be vaut donc le détour.

Il est impératif également de consulter et de lire attentivement les documents qui sont remis lors de la souscription à un produit d’investissement. Rappelons que, pour les fonds de placements, le document légal est le KIID. Si le fonds est enregistré et agréé par la FSMA (ou par une autorité de contrôle des marchés à l’étranger) et est commercialisé en Belgique, ce KIID doit être remis au client lors de la souscription. Par ailleurs, les produits qui sont commercialisés sont munis d’un code ISIN qui est le numéro d’identification légal du produit.

L’attention doit également être alertée lorsque le commercial qui vend le produit financier déclare que le client peut, par l’intermédiaire du produit proposé, avoir accès à une classe d’actifs qui, habituellement, n’est pas accessible aux investisseurs particuliers. Il s’agit alors, peut-être, d’un produit plus complexe, plus risqué ou… frauduleux. Prudence donc ! Il est donc important de bien cerner la composition du produit, sa construction et de ne pas entrer dans un véhicule que l’on n’appréhende pas correctement ou dont on ne comprend pas le contenu.

Il faut aussi poser la question relative à la liquidité du produit. Si je veux revendre tout ou partie de mon investissement, quelle est la procédure, les frais, les conditions de revente, le marché sous-jacent ?

Quelle est la part de mon patrimoine que je vais consacrer à cet investissement ? Ce produit correspond-il à mon profil de risque, à mon horizon de placement, à mes attentes ?

Lorsque l’investisseur potentiel est en possession de tous les éléments requis, il faut aussi qu’il prenne le temps de la réflexion : il est toujours plus prudent de ne pas signer tout de suite le document de souscription. Ce temps de réflexion sera mis à profit pour se renseigner auprès de personnes compétentes et sur certains sites de référence. En matière d’investissement, il est toujours nécessaire d’ouvrir l’œil et… de se renseigner ! Cela permet d’éviter certaines (grosses) déconvenues.

ISABELLE DE LAMINNE

Commentaires

  • Désolé, mais votre texte ne permet en aucun cas de "détecter" un "Madoff" : vous parlez de toute autre chose que du type d'escroquerie concernée.
    En réalité, vous parlez juste des offres de produits de placement d'une banalité totale, mais à haut risque, ou des offre de produits frauduleux, mais pas du tout du système utilisé par Madoff (chaine de Ponzi), entièrement fondé sur la relation personnelle, charismatique, entre un "gestionnaire" et ses clients - victimes.
    Je pense que votre texte est aussi dangereux que des Madoff, parce que vous êtes totalement à côté du sujet et que vous ne servez donc à rien sauf à énoncer ds banalités.

Les commentaires sont fermés.