Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

D'où vient la fève de la galette des rois?

54ab8fb83570e997255d1d83.jpg

Vous l’avez peut-être fait ce week-end pendant lequel l’Eglise l’a célébrée ou si vous vous tenez strictement à la date officielle, vous le ferez ce mardi… La tradition veut qu’on "tire les rois" à l’Epiphanie, c’est-à-dire le jour qui rappelle l’épisode de la visite de mages dont on a fait des rois à la crèche de Bethléem après avoir suivi l’étoile qui les mène à Jésus. Pour l’occasion une fève est dissimulée dans la galette et la personne qui la trouve dans sa part devient le roi de la journée (ou la reine car ici la loi salique a été abolie de longue date) et a le droit de porter une couronne de fantaisie. Depuis que l’Epiphanie est (aussi) devenue une fête commerciale, la couronne est offerte avec la galette et passe généralement à la poubelle après le couronnement. Mais autrefois, les familles confectionnaient elles-mêmes ces couronnes dès lors souvent empreintes de souvenirs personnels qu’on recyclait d’année en année. Jadis, il arrivait aussi que le bénéficiaire de la fève doive fournir la galette de l’année suivante.

Précision : si la fève reste l’objet classique de toutes les convoitises gourmandes, elle est souvent remplacée par une figurine en porcelaine représentant un Roi mage ou un Santon de Provence.

Mais d’où vient la fève ? Plus que vraisemblablement des Romains. Au début de janvier, les saturnales de Rome, entendez : les grandes fêtes en l’honneur de Saturne élisaient le roi du festin grâce à une fève noire ou blanche.

Tire-t-on les rois au Palais royal ? Nous sommes bien incapables de le dire; par contre, il se dit que depuis quarante ans, les boulangers-pâtissiers de l’Elysée chargés de confectionner celle du président de la République n’y glissent plus de fève de crainte que celui-ci se retrouve couronné.

Se non è vero, è bene trovato …

Christian Laporte


Lire aussi:

Les commentaires sont fermés.